Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
03/10/2018

Youth Nations Cup Final 2018

Sentower Park accueillait ce week-end la première finale des coupes des nations des jeunes. Une belle initiative de la FEI initiée par Peter Bollen, déjà à l'initiative de la création du circuit de coupe du monde poney. Cette fois, cette finale reprend la même réglementation que la finale de coupe des nations qui se déroulera à Barcelone la première semaine d'octobre. A savoir une première manche le vendredi avec une consolante le samedi et la super finale le dimanche. Le nombre d'équipes participantes devra encore évoluer dans les années à venir pour donner une véritable émulation à la formule. Par contre, l'idée de réunir au même endroit, le même week-end, les cavaliers de poney, children, junior et young-riders est sans aucun doute une très bonne idée. Les installations de Sentower Park auront offert un confort parfait pour l'évènement … mais encore faut-il que cela intéresse du public car en dehors de l'entourage des cavaliers, force est de constater qu'il n'y avait pas grand monde et le contraste avec les championnats du monde de … karting qui se déroulaient à 5 kilomètres de là était flagrant !
Jean-Jacques Mathijs et Rik Deraedt, les chefs d'équipes des jeunes en Belgique

Pour plusieurs nations, c'est également l'occasion de donner de l'expérience quelques couples étant en ballotage pour les championnats d'Europe. La journée a débuté avec beaucoup de suspens avec un barrage entre l'Irlande et la Belgique mais là où Seamus Hughes Kennedy réalise le sans-faute avec le crack Rock Dee Jay (Arko III) qui avait permis à Lisa Nooren de faire ses premières armes il y a quelques années, le cavalier belge Gilles Nuytens se trompe de parcours avec Kamirez Van Orchid's (Kanshebber), l'histoire tourne court ! La Grande Bretagne complètera le podium.

Chez les childrens, la Belgique remporte l'or avec un score vierge devant la France qui prend dans cette catégorie sa seule médaille du week-end avec une barre de retard sur les vainqueurs mais trois d'avance sur les hollandais, troisième.

La catégorie des juniors et des jeunes cavaliers tenaient son lot de petites graines de stars avec la présence dans cette finale de Jack Whitaker (fils de Michael Whitaker), Harry Allen (frère de Bertram Allen), Valentine Delaveau (fille de Patrice Delaveau), Andres Vereecke (fils de Koen Vereecke), Gilles Thomas (neveu de Marc van Dijck ou encore Thibault Philippaerts (fils de Ludo et frère d'Olivier et Nicola) … visiblement, il n'y a pas que chez les chevaux que les lignées sont importantes … mais la passion ne se partage-t-elle pas en famille ?

La Grande Bretagne remporte les juniors avec trois parcours sans faute de ses trois premiers cavaliers devant l'Irlande qui pointe à 4 points et la Belgique, troisième avec 5 points.
Viking d'Eole

Les young riders, antichambre de l'élite, se retrouvaient ensuite comme point d'orgue de la journée. La France, les USA et la Hollande sont les trois nations à ne pas avoir réussi à se qualifier pour la finale du jour.

La Norvège sombre rapidement alors que l'Italie espère avec le sans-faute de Tommaso Gerardi sur Bucaramanga (Quidam de Revel) mais derrière, les choses se gâtent et les tifosis perdent le contact.

Les Irlandais débutent très fort avec un magnifique parcours du spectaculaire Viking d'Eole (Toulon), issu de la propre sœur de Mylord Carthago, sous la selle de Christopher Megahey qui écopera de deux points de temps puis le sans faute de Tim Macdonagh en selle sur Hollypark Galloway (Castlelawn Galloway) mais malheureusement avec 8 et 12 points, les deux derniers couples sortiront l'Irlande de la course au podium.

Benedikte Rie Truelsen montre la voie à ses équipiers avec un très beau parcours de Cassina Z (Cassini) et maintient l'espoir avec un point de temps dépassé.
La Belgique sort avec une faute pour Arnaud Gaublomme qui sort avec une faute en fin de tour sur Jazira van het Bildeken (Cicero Z) avant qu'Andres Vereecke ne réussisse le sans faute sur Igor van de Wittemere (Cooper vd Heffinck).
« C'est la seconde coupe des nations pour Andres cette année et la première avec ce cheval avec qui il a gagné la coupe de Belgique des Young Riders. En début d'année, il sautait encore avec moi en 120cm. Il a fait ses premières belles épreuves lors du Z Tour de Lanaken puis quand mon fils a eu besoin d'un cheval, je lui ai proposé de le prendre et les choses se sont enchainées rapidement. Ca va être compliqué pour avoir des chevaux pour deux cavaliers aux écuries. Aujourd'hui, je suis vraiment heureux pour mon fils car c'était sans doute le moins expérimenté de l'équipe. L'an dernier, il était parti travailler chez Shane Breen mais juste avant le nouvel an, il est tombé et s'est blessé au genou, il est resté sans pouvoir monter presque toute la saison. Il a recommencé seulement au mois de mai. Je pense que c'était important pour lui qu'il aille voir ce qu'il se passe dans d'autres écuries. J'aurais aimé qu'il en profite pour aller encore faire quelques places … mais il veut désormais commencer sa propre stucture … même s'il restera évidemment aux écuries et que nous allons organisé les choses ensemble. » réagira Koen Vereecke.

La Suisse frappe fort d'entrée. S'alignant dimanche avec seulement trois cavaliers, Pauline Zoller signe d'emblée le sans faute avec Barbarella (Cardento) pour mettre son équipe sur les rails.

Pendant ce temps, le danemark perd son joker lorsque Jessia Toelstang se retire juste avant le dernier obstacle mais Clara Hallundbaek remet de suite ses couleurs sur les rails avec un très beau tour pénalisé une nouvelle fois d'un point de temps dépassé sur Best Buy (Baloubet du Rouet). 
La suisse continue sur sa lancée avec un point de temps dépassé pour Mathilde Cruchet avec Unique d'Helbe (Président) alors que la Belgique perd son joker avec trois fautes pour Jeroen De Winter sur Cleopatra Z (Chacco Blue) qui avait dû changer ses plans de monture en début de semaine et n'était pas arrivé dans les meilleurs conditions, dommage.
Du coup, cela se resserre encore un peu plus devant. Christina Nielsen fait de son mieux sur l'étalon Griffin 16 (Dario) mais elle sort avec 5 points amenant le score du Danemark à un total de 7points.
Edouard Schmitz est sur le point de réaliser une grande performance avec Cortino 46 (Coriano) jusqu'à l'ultime obstacle du parcours qui tombe ! Avec trois cavaliers, la Suisse est en tête avec un total de 5 points.
Toute la pression est sur les épaules du grand espoir belge Gilles Thomas qui a opté ici pour Konak (Nabab de Rêve). Un sans-faute offrirait la victoire à ses couleurs, un point de temps dépassé, c'est un barrage pour la victoire … et une faute les repousseraient sur la troisième marche du podium. Ce sera finalement la troisième option dans une épreuve très serrée, magnifique à suivre et pleine de rebondissement … qui s'est malheureusement déroulée sans public.
L'équipe belge aura été présente sur tous les podiums de cette finale des jeunes avec ici les Young Riders en bronze.
Si les sélectionneurs Suisses et Britanniques s'accordaient sur les qualités des infrastructures d'Opglabeek pour accueillir un tel évènement ainsi que sur le très bon travail effectué par le chef de piste allemand Peter Schmacher, ils s'accordaient aussi sur cette date inadaptée aux jeunes cavaliers : « Début septembre, c'est le moment de la rentrée scolaire. C'est tout sauf une date propice pour faire manquer l'école à de jeunes élèves. Il faut d'abord les laisser rentrer en même temps que les autres enfants, les laisser s'acclimater puis seulement, on peut envisager une finale qui pourrait être en indoor, plus tard dans la saison. Ici, en plus, on avait des coupes des nations encore la semaine précédente et certaines équipes ont appris leur qualification sur le tard. Les jeunes avaient déjà inscrits dans d'autres concours, ont dû annuler leurs engagements pour venir ici, ce sont des choses qui ne se font pas ! Le concept est intéressant d'autant qu'il permet à des cavaliers qui n'ont pas toujours participé aux championnats d'Europe de pendre également de l'expérience dans une compétition importante mais il y a aussi des choses à revoir. » expliquera M. Sotas alors que le chef d'équipe anglais allait lui aussi dans le même sens et le sentiment semblait d'ailleurs unanime sur le sujet.


Retour en haut de page