Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
08/09/2018

Brussel Stephex Masters 2018
Marcus Ehning comme il faut !

Les Stephex Masters ont continué sur leur belle lancée du Knokke Hippique. Déjà à la côte, les organisateurs avaient opté pour cette option d'un Grand Prix en tout début d'après-midi clôturant le concours assez tôt. Une initiative appréciée de tous qui a été renouvelée et qui a une nouvelle fois séduit. A 16 heures, le public n'a pas quitté les lieux avant la remise des prix et le public n'a pas hésité à continuer à se promener dans les différents stands en profitant du soleil magnifique de ce dernier week-end des grandes vacances. Une idée magnifique sur laquelle bien d'autres organisateurs pourraient prendre exemple car ce timming semble bien plus confortable pour les spectateurs mais aussi les cavaliers ou pour les grooms qui reprennent la route.

Les cavaliers du deux étoiles auront aussi pu profiter d'un Grand Prix avec du public en étant installé en milieu d'après-midi le samedi. Un Grand Prix où s'est imposée la Britannique Louise Whitaker, fille de John et sœur de Robert, sur Ruby VIII (Balou du Rouet x Adieu Z). Elle devance le brésilien Joao Victor Castro sur Sir Landal Joter (Singular Joter), le seul autre double sans-faute de l'épreuve alors que Dimitry Noterman prend la troisième place avec son fidèle Bacardi Rhum de Muze (Kannan) en étant le plus rapide des 4 points. Les performances des frères motivent la fratrie Vanderhasselt et c'est cette fois au tour d'Olivier de se mettre en évidence avec C Nouvelle (Lord Z) que l'on retrouve à la 4 ème position.

Dimanche matin, ce sont les cavaliers du CSI*** qui s'élançait avec un plateau impressionnant qui avait des allures de très haut niveau mais seulement huit d'entre eux réussiront à se qualifier pour le barrage qui sera lui-même très fautif. Le jeune belge Nathan Budd réalise le meilleur temps avec Cadix des Roziers (Kashmir van't Schuttershof) mais devra se contenter de la troisième place. Dernière à s'élancer, Jessica Mendoza ne prendra aucun risque et assurera le sans-faute avec Sam de Bacon (Kashmir van't Schuttershof) laissant la victoire à Karel Cox qui avait lui jouer parfaitement sa carte sur Evert (Amadeus).
13h30 et déjà, premier cavalier en piste ! Le public est massé autour de la piste ne sachant plus très bien où se mettre depuis la décision de ne plus investir dans des tribunes pour les accueillir de manière décente. Comme l'an dernier, cela reste le bémol des deux organisations estampillées STX, mais espérons qu'une solution sera trouvée pour les prochaines éditions.
Le parcours tracé par Uliano Vezzani se révèle rapidement corsé mais la liste promet une fin d'épreuve spectaculaire avec un nombre de stars impressionnantes pour le bouquet final mais les têtes d'affiches chutes : Kent Farrington (Gazelle), Maikel van der Vleuten (Idi Utopia), Peder Fredericson (H&M Christian K), Grégory Wathelet (Mjt Nevados), Olivier Philippaerts (H&M Legend of Love), Harrie Smolders (Don VHP Z), Niels Bruynseels (Gancia de Muze) et même Christian Ahlmann qui fautera sur l'ultime obstacle du parcours avec Clintrexo Z (Clintissimo Z) ! Pas moins de 25 cavaliers sont sortis pénalisés d'une faute !
Ils ne seront que six à avoir réalisé le sans-faute. Six à pouvoir en découdre pour la victoire. Le premier est le seul belge qualifié pour ce barrage et c'est de nouveau un régional de l'étape. Après Niels Bruynseels qui s'est imposé à deux reprises, c'est au tour de Christophe Vanderhasselt de tenter d'inscrire son nom au palmarès de l'épreuve. Le belge donne tout ce qu'il peut avec sa jument « maison » Identity Vitseroel (Air Jordan), mais la fille de son ancienne internationale Wariska de la Falize ne peut éviter une faute sur la sortie de la combinaison malgré un très bon temps de 43''45.
« Cette année, grâce à Identity, j'ai eu l'occasion de participer à plusieurs concours de très haut niveau. C'est chouette pour moi d'autant qu'avec un tel cheval, je peux désormais essayer de gagner aussi sur ces concours-là. J'essaie évidemment toujours de gagner mais on a besoin de tels chevaux pour faire de grands concours. Ici, je suis rentré trop vite dans le double et du coup, elle ne pouvait pas se reculer. C'est dommage mais elle sautait vraiment super. C'était évidemment difficile en partant en premier, j'ai tout donné mais en partant plus tard, j'aurais peut-être assuré un peu plus sur le double mais je voulais mettre la pression sur mes concurrents. » réagira Christophe Vanderhasselt.
Derrière Douglas Lindelow est moins joueur. Il fait de son mieux mais Zacramento (Cardento) n'est pas le cheval le plus rapide du monde mais réussit le sans-faute en 44''11.
« J'ai essayé de mettre d'emblée la pression. Je suis vraiment content de Zacramento qui a réalisé deux bons tours. J'aurais peut-être pu faire une foulée de moins avant le double … mais rien de plus. » réagira le suédois.

Lauren Hough aussi peut aller très vite mais elle aussi, elle doit faire avec Waterford (Coolcorron Cool Diamond) qui donne tout ce qu'il peut mais … 44''52, dommage.

« Ce n'est pas le cheval le plus rapide du monde. Je n'ai sans doute pas pris tous les risques sur l'ultime obstacle mais je suis heureusement néanmoins. J'aurais peut-être pu utiliser sa grande foulée pour tenter de gagner une place mais je suis contente de terminer sur une bonne note notre saison car Waterford va désormais profiter de deux mois de repos … et moi d'un peu de temps plus calme également. Je viens ici depuis la première édition et j'apprécie venir ici. » réagira la cavalière américaine.

Denis Lynch réalise un très beau barrage avec sa nouvelle recrue The Sinner (Sanvaro) mais malheureusement alors qu'il galopait vers l'ultime obstacle du barrage, ce dernier se décale et lui échappe. L'Irlandais est obligé de faire une volte, tout est perdu !
La victoire sera suédoise … ou allemande ! Daniel Deusser est à la maison, au sein même de ses écuries … mais ce n'est que son second concours avec l'ancienne monture de Michael Whitaker, Calisto Blue (Chacco Blue). L'allemand est un peu entre deux eaux, ils essaient mais sans jamais aller à fond, c'est sans faute mais en 45''11.
« De toute façon gagner était impossible aujourd'hui …. C'est un nouveau cheval, nous étions 5 ème à Berlin, 4ème aujourd'hui … je ne peux pas me plaindre. Je vais évidemment travailler pour être plus compétitif mais je suis content pour le moment. Recevoir un cheval que je peux emmener directement sur de tels concours, c'est magnifique. C'est un cheval avec un gros potentiel comme le démontre nos résultats directement après être arrivé. J'ai besoin de chevaux comme ça. J'espère que nous pouvons apprendre à nous connaître un peu mieux et viser encore un peu plus haut. » expliquera Daniel Deusser.
Le suédois garde la main mais le dernier homme à s'élancer sait tout faire et il l'a encore prouvé au terme d'un incroyable barrage vendredi soir. Aujourd'hui, il a de nouveau sellé le fils de Ratina Z, Comme Il Faut (Cornet Obolensky). Son premier tour était magnifique mais pour le barrage, l'allemand enclenche la seconde et attaque d'emblée ! Seule la faute pourrait les priver de victoire mais Marcus Ehning ne calcule pas : il effectue un barrage à couper le souffle dont lui seul à le secret tenant tous les spectateurs en haleine. Le Maestro assure le spectacle et abaisse le chrono de référence de près de quatre secondes, la victoire est sans discussion !
« En tant que cavalier amateur, j'ai encore un peu de mal à gérer l'avance que j'avais sur mes concurrents ! (rire) Sérieusement, j'avais vu le parcours de Daniel qui n'avait pas été lent et qui se retrouvait derrière les autres alors je voulais être certain de ne pas finir deuxième ! J'ai eu un très bon tour et j'étais quasiment certain qu'il ne ferait pas la faute sur le dernier obstacle. C'est un cheval incroyable capable de faire des virages tellement serrés. Nous allons maintenant nous concentrés sur nos autres objectifs avec la semaine prochaine Calgary avec Cornado Nrw et Funky Fred puis les championnats du monde à Tryon avec Prêt à Tout puis j'irai ensuite à Barcelone pour la finale de la coupe des nations. Aujourd'hui, ce qui me motive, ce ne sont pas les titres ou les victoires mais bien le fait de prendre du plaisir en piste. C'est le plus important. » glissera le vainqueur du jour.
Marcus Ehning sait aller vite à cheval ... mais il court très vite aussi, Stephan Conter l'a appris à ses dépens.


Retour en haut de page