Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
29/04/2018

Longines Masters de New York
Grand Prix

Dimanche jour de Grand Prix aux Longines Masters de New York. Un véritable défi pour les organisateurs qui pourra être qualifié de réussi. D'une part grâce à cette salle du Nassau Veterans Memorial Coliseum, qui même si elle n'est pas au centre de New York mais bien sur Long Island, a démontré un potentiel très intéressant avec un public bien présent et qui a su se faire entendre en espérant que l'affluence sera encore bien plus grande à l'avenir. D'autre part, grâce à un chef de piste hors pair, véritable homme de cheval, le hollandais Louis Konickx qui aura su faire sans rechigner avec la situation telle qu'elle était pour sortir des tracés qui auront su entretenir le suspense tout le week-end pour terminer avec un Grand Prix en apothéose, chapeau !
L'interrogation de la journée était une nouvelle fois cette fameuse piste qui devait cette fois tenir pour les trente partants du Grand Prix. A la fin, près de la moitié des cavaliers auront trouvé la solution de l'énigme posée par le chef de piste qui n'aura pas osé construire trop gros, ni forcer les chevaux à serrer leurs courbes sur un terrain qui ne le permettait pas !
Vainqueur du Speed Challenge avec la même monture, la canadienne Erynn Ballard aura impressionnée ce week-end. Véritable inconnue sur le continent européen, elle aura montré ce dont elle était capable de faire à l'occasion de ces Longines Masters. Comme le premier jour, elle attaque d'emblée avec Fantast (Toulon) et tout réussit à la canadienne qui prend d'emblée la tête avec un double sans faute très rapide : 35''89, les suivants sont prévenus !
« Il y a quatorze sans-faute donc je n'avais pas d'autre choix que de tenter d'être sans-faute en donnant le meilleur de moi-même car même un sans-faute lent ne donnera pas un très bon résultat. » expliquera de suite l'amazone d'Illan Ferder.
Et derrière, en effet, c'est plus compliqué : Tod d Minikus sort de piste avec une faute sur Chaventyno (Chacco Blue) alors que l'autre cavalier d'Illan Ferder, Alberto Michan passe complètement à côté de son barrage avec un stop et deux fautes pour le très démonstratif Darkos Promis.
David Raposa a compris le message, il se contente du double sans-faute avec S&L Sage (ex Houston de Ninive ; par Wandor vd Mispelaere) sans forcer.

Amanda Derbyshire tente sa chance mais Cornwall BH (Con Air) ne peut éviter la faute dès le second obstacle.

Adrienne Sternlicht fait alors son entrée en piste avec la jument dont les vidéos font le tour du monde et souvent pris comme exemple comme le cheval de rêve : Cristalline (Cristallo). Après s'être révélée à seulement 8 ans lors de la finale de la coupe du monde sous la selle de Chris Chugg, la magnifique baie continue de faire rêver sous la selle de la jeune amazone américaine et déroule un parcours somptueux : sans-faute en 38''35, seconde place provisoire.

« Cristalline est une jument extraordinaire. Elle a beaucoup évolué depuis que nous l'avons achetée, elle a pris en musculature et en expérience mais sa première qualité, c'est sans aucun doute son mental. Lorsque nous l'avons achetée, il était clair qu'elle avait un énorme potentiel mais aujourd'hui, on peut dire qu'en plus, nous nous entendons bien. Elle veut toujours bien faire. J'espère que ce n'est que le début ! Ici, ce n'était pas facile pour moi après avoir passé plusieurs mois à Wellington sur de grandes pistes, revenir sur une petite piste indoor, c'était un Challenge. Mon entraineur McLain Ward m'a fait changer de mors pour le barrage pour pouvoir être plus fluide dans mes virages mais ce n'était pas évident pour moi aujourd'hui. Je pense que j'aurais pu aller plus vite car elle est tellement respectueuse que je peux lui faire confiance mais nous devons encore travailler et nous améliorer. » glissera sa jeune amazone.
Le concurrent suivant n'est pas des moindre. Il a bien essayé de s'enlever la pression que tout le monde lui met sur les épaules mais il aimerait tellement réaliser cet incroyable triplé d'autant que ses deux filles cadettes sont dans la salle. Patrice Delaveau a signé une seconde place vendredi avant d'accorder une journée de repos à sa jument et une journée de détente en famille pour le cavalier à Manhattan mais le vice-champion du monde est désormais concentré et il attaque fort en signant un virage somptueux pour attaquer la combinaison mais un peu trop audacieux pour Aquila HDC (Ovidius) qui s'éloigne de la sortie et ne pourra répondre aux sollicitations de son cavalier pour la remettre sur les rails : stop ! Une barre un peu plus loin viendra enlever quelques regrets au français qui n'a pas été cher payé pour son audace.

Les espoirs d'Emmanuel Gaudiano s'envoleront quant à eux dès le numéro un avec Chalou (Chacco Blue).

Malheureusement, le futur numéro un mondial et sauveur des européens la veille, Harrie Smolders ne rêvera pas beaucoup plus loin avec une faute dès le deuxième obstacle pour Cas 2 (Indoctro) avant de doubler la mise un peu plus loin.
Laura Kraut avait eu beaucoup de chance lors du premier tour après avoir emmené Curious George (Codex One) dans le pied d'un vertical que le hongre de neuf ans réussi néanmoins à franchir sans encombre mais cette fois, lors du barrage, le couple ne peut éviter une faute sur la sortie de la combinaison.
Kevin Staut est à la recherche de résultat. Le numéro un français n'a pas connu un week-end à la hauteur de ses espérances et aimerait terminer sur une note positive. Pour cela, il compte sur sa grande promesse Vendome d'Anchat (Diamant de Sémilly) avec qui il réalise un barrage magnifique : 36''26, ce sera la seconde place provisoire.

« Entre la pluie, le centre-ville raté et ce sol qui aura encore montré quelques signe de faiblesse avec des virages ratés sur le double …. Mais on va oublier les points négatifs pour retenir le positif avec un chef de piste qui a fait un travail incroyable. Quatorze sans-faute, c'est beaucoup mais c'était la bonne option. Il a également mis un double de verticaux au barrage plutôt que de laisser un oxer en montrant à quel point, c'était un homme de cheval ! A la fin, il n'y a que six double sans-faute parmi les quatorze barragistes et quelques mésaventures avec un beau vainqueur et cela reste du sport. Tout a vraiment été admirablement géré par Christophe Ameeuw, ses équipes et le chef de piste pour que cela fonctionne. » glissera le numéro un français.

McLain Ward a remporté l'épreuve le premier jour alors que la piste semblait très délicate … mais il fait partie des cavaliers à avoir réclamé ce constructeur qui est le même que celui de ses propres installations, il connaît donc le produit et visiblement, il le maitrise bien ! L'américain attaque très fort avec une Clinta (Clinton) impressionnante. L'entrée dans la combinaison est osée mais la puissante grise en sort avec une facilité déconcertante : 34''26, c'est juste hallucinant.
C'est beaucoup trop rapide pour Daniel Bluman qui a tenté mais n'a pu éviter deux fautes avec son plaisant Bacara d'Archonfosse (Asca Z).
La victoire parait impossible mais qu'est-ce qui est encore impossible pour Peder Fredericson d'autant qu'il peut compter ici sur son véritable nouveau phénomène Hansson WL (Hip Hop) qu'il va sembler de plus en plus compliquer pour lui de conserver tant ses qualités sautent aux yeux. Le suédois sort aussi la grosse attaque, c'est plus serré, plus propre c'est somptueux mais la galopade est moins osée : 35''43, c'est une demi seconde de plus !
« Sur l'avant dernier obstacle, j'ai eu une distance d'attente, je n'ai pas pu avancer. Je pense que j'ai perdu du temps là-bas mais j'aurais aussi pu faire une faute. Mon cheval a sauté magnifiquement bien, c'est le principal. » glissera le suédois.
C'est donc un New Yorkais et pas n'importe lequel qui s'impose dans cette première édition des Longines Masters de New York au terme d'un barrage somptueux : McLain Ward !
« Je suis vraiment très heureux. Gagner devant son public dans sa propre ville, cela donne une saveur vraiment particulière. Je pense vraiment que ce genre de concours avec une telle atmosphère ne peut qu'apporter de nouveaux supporters à notre sport. Aujourd'hui, je suis vraiment très satisfait de ma jument, Clinta. Ce n'est que notre troisième concours ensemble. Nous avions remporté une épreuve 150 à Wellington mais cette semaine, je l'avais gardée très calme avec le Grand Prix comme objectif pour elle. Je pensais que c'était le bon endroit et le bon moment pour lui donner sa chance. Elle est tellement respectueuse qu'elle ne veut vraiment pas toucher une barre et lorsque nous sommes entré dans cette combinaison, je me suis juste dit : « ne fais pas de bêtises, reste juste dessus ». Elle a vraiment été là pour moi en faisant l'effort qu'elle devait faire. Cette jument, comme tous les chevaux que l'on croise, a sa propre histoire. Elle a fait ses armes en Grande Bretagne avec Daniel Neilson avant d'être vendue à un Ukrainien et de terminer après quelques transaction en Allemagne. Je l'ai vue à Aix la Chapelle l'an dernier et je suis vraiment tombé amoureux et je l'ai essayée directement après …mais nous n'avons pas pu tomber d'accord. Je téléphonais à son désormais ancien propriétaire toutes les semaines mais il me disait qu'il n'y avait pas d'accord et 7 mois plus tard, j'ai réussi à l'acheter ! Nous avons réussi à faire son acquisition en janvier grâce à un grand support d'investisseurs et de gros efforts et elle est arrivée aux USA fin février. Je crois en elle et les gens qui m'ont aidé et supporté dans cet achat croient en moi ! C'est fantastique aujourd'hui de voir qu'elle peut confirmer tout le bien que je pensais d'elle. » glissera McLain Ward.

Mais si la victoire du Newyorkais à New York pour la première édition des Longines Masters sur la côte est une belle histoire, le conte de fée du week-end est pour Erynn Ballard qui aura connu le plus incroyable week-end de sa vie. « New York est une ville qui me réussit bien puisque j'ai déjà connu une belle victoire dans les Maclay Finals au Madison Square Garden. Ce week-end, j'espérais revenir avec deux classements dans le top dix … et je rentre à la maison avec trois podium dont une victoire ! Je pense que je ne pouvais pas envisager un meilleur scénario … maintenant, je n'ai plus qu'à espérer recevoir une invitation pour les Longines Masters de Paris. » glissera la canadienne.

 

Son propriétaire Illan Ferder était évidemment quant à lui ravi : « Cela fait des années que j'essaie de travailler avec Erynn Ballard mais elle a son propre bisness au Canada et ce n'était pas possible mais maintenant ses parents l'ont autorisé et elle peut désormais envisager le grand sport. C'est une cavalière très talentueuse comme elle l'a montrée ce week-end. A propos de Fantast, c'est un cheval que j'ai fait acheter à des clients mais ils me l'ont de nouveau confié il y a trois mois. Il était déjà sans-faute dans les Oaks il y a quelques semaines et après ses performances ici, il est probable qu'il ne reste pas beaucoup plus longtemps dans nos écuries… »


Retour en haut de page