Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
12/04/2018

WC Final Paris Bercy
Jour 1

La finale de coupe du monde a débuté ce jeudi dans la salle mythique de Paris Bercy par une véritable leçon de courage. Gustavo Ramos Leyva aura dû employer tout son courage pour terminer son parcours. Mardi dernier, alors qu'il promenait son chien, le cavalier olympique mexicain s'est fait tirer dessus à deux reprises et une balle à traverser sa cuisse. Il a finalement pu sortir de l'hôpital pour être présent à Paris pour honorer sa qualification même si son nerf ne lui permet pas actuellement d'avoir la sensibilité de la voute plantaire ! Le sport est encore plus grand lorsqu'il véhicule des valeurs de courage et d'abnégation comme ce fut le cas ce soir.
Sportivement, la soirée aura été intense mais le chef de piste Santiago Varela a bien insisté que pour lui le règlement stipulait bien désormais depuis plusieurs années qu'il ne s'agissait plus d'une chasse mais bien d'une épreuve Table A …. Comptabilisée comme un table C… dommage. Précisant néanmoins que son objectif était avant tout de ne pas mettre les chevaux dans le rouge car nous n'en étions qu'au premier jour d'une longue compétition.
Une compétition où il y aura eu des surprises et une énorme désillusion pour Kevin Staut qui aura peut-être sauté sa toute dernière épreuve avec son fidèle Rêveur de Hurtebise (Kashmir van't Schuttershof) qui a 17 ans semble toujours en grande forme physique mais qui, selon son cavalier qui a pris ses responsabilité, a donné aujourd'hui un signal clair qu'il était peut-être temps de songer à la retraite. Une décision devrait être prise rapidement avec le haras des Coudrettes pour le multi-médaillé sBs.
Devant, on a été vite mais il y aura eu aussi beaucoup de fautes. Le temps le plus rapide étant réalisé par Henrik von Eckermann avec Mary Lou (Montendro) mais qui devra finalement se contenter de la 5 ème position avec une faute malgré le meilleur temps de la soirée.
Devant, ce sont des spécialistes : la gagnante de la finale 2013, Beezie Madden devance le vainqueur de l'édition 2014, Daniel Deusser alors que le podium est complété par la surprise du jour, l'un des dix américains présents : Devin Ryan.
Comme en 2013 lors de sa victoire, Beezie Madden remporte l'épreuve d'ouverture de cette finale avec son impressionnant Breitling LS (Quintero) qui n'aura pas raté grand-chose cette année : « Je suis très heureuse car Breitling a vraiment très bien sauté. Il a été formé par Jeroen Dubbeldam et cela fait désormais 5 ans que je le monte. Cette année, il a fait trois concours : il est d'abord second du Grand Prix de Thermal, Sans faute dans la coupe des nations du CSIO**** de Wellington où il gagne également le Grand Prix et vainqueur du Grand Prix**** de Wellington sur la grand piste en herbe …. Avant de venir ici. Je ne sais pas si cette première place est vraiment importante … mais je pense que c'est la meilleure position ! »
Comme en 2014, Daniel Deusser … n'a pas gagné la chasse ! « Je ne me rappelle plus de la position que j'avais … mais je n'avais pas gagné ! J'étais surpris à la reconnaissance car il n'y avait pas beaucoup d'options dans ce parcours mais à la fin, je pense que l'on voit des temps très serré où personne n'a été à fond mais avec des chevaux que l'on n'a pas mis dans le rouge. Je suis vraiment heureux de la prestation de Cornet d'Amour qui a confirmé le ressenti que j'avais à l'entrainement. J'ai également emmené avec moi mon autre fils de Cornet Obolensky mais vu la prestation de Cornet d'Amour, c'est encore lui qui sautera l'épreuve demain et j'effectuerai ensuite mon choix pour la finale. » glissera Daniel Deusser.
La surprise du jour est sans aucun doute venue de Devin Ryan qui monte sur la troisième marche du podium avec son impressionnant Eddie Blue (Qamikase des Forêts alias VDL Zirocco Blue) : « Je suis bien conscient que je suis une nouvelle tête sur le continent européen. Je n'ai pas encore beaucoup eu l'occasion de monter ici. Mon cheval n'a que 9 ans mais je le monte depuis qu'il a 4 ans et je sais à quel point, il est talentueux. Mon rêve était de représenter les USA dans une grande compétition et c'est aujourd'hui chose faite. J'ai bon espoir pour la suite, j'ai confiance dans la qualité de mon cheval. »
Quatrième, idéalement placé après un parcours d'une facilité déconcertante : Marcus Ehning et son étalon Cornado Nrw (Cornet Obolensky) sont en embuscades.
Le Belge Pieter Devos est sixième après un magnifique tour d'Espoir (Surcouf de Revel) : « Je suis vraiment heureux car j'ai réussi à mettre mon plan en application. Mon objectif était d'être dans les dix premiers sans mettre mon cheval dans le rouge et c'est réussi. Le tour était réfléchi. Dès le premier obstacle, j'aurais pu attaquer sur le deux … si ça avait été à main droite, je l'aurais fait … mais je sais que mon cheval est un peu moins bien à main gauche alors je me suis dit que si je prenais le risque et que je faisais une faute, la confiance était déjà partie. Ici, j'ai fait mon plan, il a très bien sauté et il m'a donné beaucoup de confiance pour la suite d'autant que le chemin est encore long et il s'est promené alors que j'ai vu des chevaux qui ont, je trouve, déjà donné beaucoup. Je voulais vraiment éviter cela. Pour moi, le premier jour était le plus difficile car normalement, mon cheval saute toujours de mieux en mieux. J'ai décidé de miser tout sur Espoir essentiellement à cause du calendrier. Je ne comprends pas pourquoi cette finale arrive aussi tard alors que nous avons déjà tous sauté à l'extérieur. Nous venons déjà de sauter deux Grand Prix pour le Global Champion's Tour et dans deux semaines, nous avons le début de la saison des coupes des nations ! Il faut faire un planning pour cela et pour ma part, j'ai mis mes deux autres chevaux dans ces concours alors que j'ai vraiment fait un plan spécifique pour Espoir en fonction de cette finale en lui accordant beaucoup de repos. J'avais besoin de mes autres chevaux pour les autres concours …. Mais de toute façon, si on regarde par le passé, la plupart des gagnants de ces finales n'ont utilisé qu'un seul cheval ! Mes autres chevaux n'auraient de toute façon pas pu être plus rapides que lui le premier jour ! Mon objectif est de le laisser grandir dans la compétition. Je suis content aujourd'hui mais nous ne sommes que le premier jour, on est encore loin mais j'ai confiance et je trouve que c'est important ! »

Côté français, c'était la déception qui primait. Roger-Yves Bost se classait 12 ème et premier des quatre tricolores juste derrière deux des grands favoris de l'épreuve et anciens vainqueurs : McLain Ward 10 ème avec HH Azur du Garden (Thunder vd Zuuthoeve) et Steve Guerdat, 11 ème avec Bianca (Balou du Rouet).

« J'aurais évidemment faire un peu mieux aujourd'hui. La faute est dommage d'autant que Sangria du Coty (Quaprice Bois Margot) sautait admirablement bien. Je savais que ce serait un exercice difficile pour nous aujourd'hui. Nous allons tenter de faire de notre mieux pour la suite. »


Retour en haut de page