Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
05/04/2018

Les grandes écuries de Chantilly présentent "Nature".

Le majestueux dôme des Grandes Ecuries de Chantilly accueillera sous sa voûte le nouveau spectacle équestre Nature à partir du 1 er avril . Entre nouveautés et traditions, Sophie Bienaimé et ses écu yères mettent en scène une création en célébrant l'harmonie de l'homme avec l'animal et la nature. Pour Sophie Bienaimé, «  ce spectacle est un hommage à la nature, il représente une prise de conscience, car on n'apprécie pas assez cette abondance qu'elle nous offre en permanence.  »

Après les succès de Kavallisté et Métamorphoses , avec 49000 entrées au total pour ce dernier spectacle, la Compagnie équestre des Grandes écuries du Domaine de Chantilly a choisi de confier à nouveau à Benoît Sarocchi, Ghjuvan Petru Pieve et Jean-Lou Descamps les compositions musicales de cette nouvelle création. Au fil des années, ce trio de musiciens et chanteurs a su s'adapter à l'ambiance toute particulière du dôme et a appris à travailler en compagnie de chevaux, créant les différents rythmes des morceaux sur la cadence de leurs allures. «  On s'habitue aux murs, on s'habitue aux gens aussi. On s'habitue aux chevaux, mais surtout, les chevaux s'habituent à nous. Nous avons acquis des notions de spectacle équestre que nous n'avions pas au début. Lorsqu'une des cavalières nous dit : ‘ici je vais piaffer, ici je vais faire du pas espagnol', maintenant nous savons quel rythme utiliser pour composer le morceau qui accompagnera son numéro  », explique Benoit Sarocchi. Grâce à Jean-Lou Descamps, toujours à la recherche de nouveaux instruments pour créer des atmosphères vivantes et transmettre des émotions au public, nous pourrons retrouver dans Nature du violon classique, du violon électrique, du nyckelharpa (un instrument traditionnel suédois), une clarinette en roseaux… « Chaque fois que nous utilisons un instrument nouveau, nous composons spécialement pour celui-ci », indique-t-il.

Si on avait déjà pu l'apercevoir occasionnellement lors de quelques représentations de Métamorphoses , dans Nature, c'est bien lui qui aura un des rôles principaux. L'acrobate-danseur Edouard Gameiro, déjà habitué des spectacles équestres puisqu'il a travaillé toute une saison par le passé avec Frédéric Pignon, rejoindra l'équipe des Grandes Ecuries de Chantilly ce printemps pour ajouter sa touche artistique au spectacle. «  Le lieu est vraiment exceptionnel, l'équipe est géniale, et, à chaque fois, les spectacles sont vraiment très beaux. J'aime beaucoup le travail avec les chevaux et le rapport que l'on peut avoir avec eux  ».

La Compagnie équestre des Grandes écuries de Chantilly s'enrichit cette saison de deux nouvelles cavalières que l'on découvrira dans cette prochaine création équestre de Sophie Bienaimé. Venant compléter l'équipe des écuyères expérimentées déjà en place, Lisa Courtaud et Estelle Berland feront souffler un vent de fraicheur en apportant leur regard nouveau et une touche personnelle au spectacle. Nature sera composé de numéros inédits pour les écuyères, mais aussi pour leurs chevaux. Un grand nombre d'entre eux font partie des jeunes chevaux en formation depuis deux à trois années , et certains feront leurs premiers pas en spectacle à l'occasion de cette création originale.

Tous les deux ans, Sophie Bienaimé réécrit et réinvente le spectacle équestre qui se donnera pendant ces 24 mois aux Grandes écuries et attirera près de 60 000 spectateurs. L'inspiration est multiple : les voyages et les peuples cavaliers, les grandes écuyères du siècle dernier et même de célèbres vers latins. Cette année… la source est naturelle !

 

 

Pourquoi Nature  ?

Etonnamment, c'est après une journée de désherbage que l'idée m'est venue. Bien que pénible, sans intérêt particulier, j'y allais vraiment avec des pieds de plomb, puis, je me suis rendue compte, à la fin, que je n'avais pas passé une si mauvaise journée. J'avais été dehors, les mains dans la terre. Et ce fut une prise de conscience. J'étais sereine, tranquille, en paix. Puis je repensais à mes journées avec les chevaux et me suis rendue compte que mon univers c'était ça. Le contact permanent avec la nature, les animaux et que, sans lui, je perdais pied. C'était un besoin vital, mon équilibre et que cette nature qui nous côtoie en permanence, sans qu'on y prête attention parfois, méritait d'être à l'honneur. Et voilà d'où est partie l'idée du spectacle !

Que signifie la nature pour vous ?

La nature pour moi représente l'harmonie, l'énergie. Il suffit d'aller dans un jardin ou dans la forêt pour retrouver la forme et la quiétude. La nature, c'est l'inspiration, la beauté, l'abondance, l'amour, la joie. Chaque jour, nous sortons nos chevaux en forêt, c'est essentiel pour leur moral. Vous savez notre métier est d'être en parfaite osmose et complicité avec nos chevaux. Nous avons une manière de dialoguer avec eux à force d'être à leur contact. Notre métier est très sensitif, et nous ressentons leur humeur. C'est important de les sentir bien, heureux, contents d'être avec nous, les emmener en forêt les muscle, les aère et leur apporte la forme. Et c'est grâce à cela qu'ils sont beaux sur scène.

Comment vous viennent ces idées de nouveaux spectacles ?

Pour Kavallisté , notre spectacle dédié à la Corse est tout simplement venu de notre amour, mon mari et moi pour cette île et des gens qui l'habitent.

Quand j'ai monté Ecuyères , j'étais fascinée par ces femmes du XIX ème siècle, impétueuses, extraordinaires qui n'hésitaient pas à traverser l'Europe pour se présenter au cirque à la cour des tsars avec leurs chevaux. C'était l'époque où il était aussi chic d'aller au cirque que d'aller à l'opéra. Ces femmes étaient de véritables stars.

Métamorphoses , le nom m'est venu en observant notre équipe composée de 7 cavalières. Je constatais qu'elles avaient énormément progressé à cheval, qu'elles avaient dépassé la technique, et étaient devenues de véritables artistes. Pour moi c'était une métamorphose et je trouvais que c'était beau de donner ce titre pour que toute l'équipe en prenne conscience. Puis, ce sont les Métamorphoses du poète Ovide qui ont été la source de mon inspiration pour ce spectacle.

Pour « Nature », c'est peut-être juste qu'à mon âge, je me rends compte que je ne peux pas vivre sans, qu'il est temps de la mettre à l'honneur cette source inépuisable de bienfaits. C'est aussi simple que ça.

Qu'est-ce qui vous plait dans ce spectacle ?

En coulisses, toute la joie, le plaisir qu'a eu l'équipe à créer ce spectacle. Chaque cavalière a pu donner ses idées, proposer des numéros. C'est un travail collectif avec beaucoup d'échanges entre les musiciens, Edouard Gameiro, notre acrobate, Virginie Bienaimé la metteur en scène, Monika Mucha la créatrice de costumes.

Personnellement, je ne peux pas lancer un nouveau spectacle sans éduquer mes chevaux à de nouveaux numéros. J'aime vraiment cet aspect. Et souvent ce sont eux-mêmes qui me guident et m'inspirent les numéros. En fonction de ce qu'ils ont appris, de leur caractère, de leur robe.

J'aime vraiment cette création et là, ce qui est formidable, c'est que les cavalières partagent ce sentiment et participent à la création. Par exemple, Elodie Jacquet va présenter un magnifique numéro inédit de liberté avec son cheval Madgik. Caroline Vitry et Nathalie Lecoultre présenteront un duo de haute école sur Zagalo et Jericho qui m'a ému aux larmes lors d'une répétition. Mathilde Pouteau associe chant et complicité avec Remacho, Morgane Tessier et son poney Welsh Ramoucho lancent un défi à Edouard…

La jeune cavalerie sera-t-elle mise à l'honneur dans ce spectacle ?

Dans Nature , nous aurons plein de « premières fois », ce qui donne du piment et nous réjouit. Nous prenons des risques. Certains des jeunes chevaux qui ont déjà fait une ou deux années de spectacle en groupe, seront présentés en solo. Puis le spectacle va évoluer car les chevaux et cavalières vont prendre confiance, les chevaux vont progresser encore au cours des deux années de représentations.

Parfois, certaines personnes nous demandent si nous ne nous lassons pas de présenter pour la quarantième fois le même spectacle dans la même saison. Et nous leur répondons évidemment que non. Ce n'est jamais le même spectacle. Les chevaux réagissent différemment d'une séance à l'autre à l'atmosphère de la salle. Nous nous fixons des objectifs pour améliorer chaque numéro à chaque fois. Alors nous rajoutons des petits détails, des finesses dans notre équitation, dans la réalisation du numéro.


Retour en haut de page