Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
09/10/2017

Marocco Royal Tour 2017
Tétouan
WC Grand Prix

La ville de Tétouan s'était donné rendez-vous à la garde royale ce dimanche pour venir assister en famille à l'étape de coupe du monde de Tétouan. Un public très nombreux et bon enfant qui aura assisté à un spectacle de haut niveau car la concurrence était bel et bien là au rendez-vous. Uliano Vezzani l'avait bien compris et n'avait pas construit une épreuve au rabais, loin de là.

Le tirage au sort avait été quelque peu particulier car c'est le couple le plus performant du plateau qui s'élançait en tout début d'épreuve avec une véritable démonstration à la clé et premier sans-faute mais ici la coupe du monde se déroule en deux manches ... il faut faire partie des 14 meilleurs.
José Thiry redoutait l'avant dernière ligne et malheureusement, elle lui a donné raison avec une faute sur l'oxer 10 malgré un très beau parcours de Cyrano d'Orbi (Cicero Z).
Une ligne où Simon Delestre aura aussi perdu ses espoirs mais lui sur la palanque numéro 9 avec Gain Line (Stolzenberg) .

Gaetan Decroix n'aura une nouvelle fois pas réussi à rentrer dans le temps avec son étalon Quel Homme de Hus (Quidam de Revel) mais cette fois, il n'a pas pu éviter une faute sur l'élément central du triple.

Emmanuele Gadiano n'aura pas connu la même réussite que durant le reste du week-end. Fautif sur l'ultime obstacle sur l'épreuve précédente, il fautera ici sur l'entrée du triple avec Quinn vd Heffinck (For Pleasure).

Une entrée de triple qui aura aussi été fatale à Virginie Thonon alors que le reste du tour avait juste été parfait pour son impressionnant High Tech de Septon (Del PIerro P & B) qui semble heureux d'avoir retrouvé la cavalière de ses débuts.
« Lors du championnat de Belgique, nous avons eu quelques difficultés dans les triples, je me suis donc fortement méfié de la sortie. Nous en avions discuté à la reconnaissance avec Jérôme (ndlr : Guery) qui m'avait conseillé de ne pas m'éloigner trop de l'entrée … mais je pense que j'ai un petit peu exagéré sa directive et j'ai tourné un peu trop court, du coup, je me retrouve à faire une faute de postérieur sur l'entrée, c'est vraiment dommage car il aura vraiment très bien sauté. »
Quelle déception pour Nicolas Deseuzes qui avait bouclé un tour magnifique avec Quilane de Lezeaux (Grenat de Grez) mais écopera d'une faute sur l'ultime obstacle du parcours.
Les 14 à repartir en seconde manche sont désormais connus dont neuf à encore pouvoir espérer la victoire après avoir signé un parcours sans faute en première manche.

Ibrahim Bisharat sur Chactino (Chacco Blue) et Pius Schwizer sur Leonard de la Ferme CH (Landjuweel) mettent d'emblée la pression sur leurs adversaires en signant un parcours sans faute au contraire d'Abdulrahman Alrajhi qui commet deux fautes dans la combinaison avec Chilli Peper vd Helle (Cumano) portant son score à 12 points.

Derrière, on retrouve deux couples pénalisés d'un point de temps dépassé lors de la première manche qui, cette fois, signeront un tour sans aucune pénalité. Il s'agit de l'italien Marco Viviani sur Igor de Muze (Nabab de Rêve) ainsi que la suédoise Linda Heed qui aura bouclé un Grand Prix somptueux avec l'étalon holsteiner approuvé au BWP Cayenne vd Heffinck (Cassiano).
On entre cette fois dans les cavaliers ayant réussi à boucler la première manche sans pénalité, c'est ici que la victoire peut se jouer. Seul marocain de cette seconde manche, Samy Colman aura été soutenu par son public mais la pression aura été trop forte pour le couple et Simara Alia (Lux Z) ne peut éviter deux fautes.
Seconde ancienne monture des écuries Philippaerts dans cette seconde manche, Vadetta vh Mettenhof (Oramé) répond encore une fois présente et signe un très beau double sans-faute avec l'italien Emanuele Massimiliano Bianchi. 48''70, c'est le premier temps de référence.
Un temps qui ne restera pas très longtemps sur les tablettes car Karim El Zoghby boucle un barrage très rapide avec Caveman DH Z (Cardento) pour s'emparer de la tête du classement : 47''30.
La très discrète Alexandra Paillot attaque elle-aussi. L'équitation est magnifique, les aides sont discrètes, tout est dans la finesse et Lumina (Lordanos) répond à merveille, c'est sans faute mais un poil plus lent : 47''71.
« C'est le deuxième Grand Prix de la jument à ce niveau-là et son premier barrage. Je suis très contente car elle a vraiment été incroyable. J'ai eu du mal à tourner après le vertical n°2 au barrage, j'ai probablement perdu une seconde et demi. La victoire n'était de toute façon pas à notre portée aujourd'hui mais nous aurions peut-être pu grappiller l'une ou l'autre place. Nous avions acheté cette jument l'an dernier quand elle avait 8 ans en Allemagne où elle faisait de petites épreuves mais elle ne fait que nous surprendre. Plus on lui demande de sauter haut mieux elle est ! Elle a beaucoup de force et elle est très brave. Nous espérions évidemment qu'elle pourrait faire des Grand Prix quand nous l'avons achetée mais nous ne pensions pas qu'elle les ferait si vite. Depuis qu'elle m'a accompagnée à Calgary le mois dernier, j'ai l'impression qu'elle a beaucoup pris en maturité et qu'elle est vraiment très à l'aise.
Ca nous a mises toutes les deux sur la hauteur et ça nous a apporté beaucoup de confiance. Mon objectif avec elle lors du MRT, c'était de l'emmener pour épauler Polias de Blondel qui a 14 ans maintenant en tant que second cheval de tête de manière à me permettre d'économiser mes chevaux sur cette tournée qui dure trois semaines ». expliquera la Française.

Le sheik Ali Al Thani attaque mais rapidement on comprend qu'il se contentera des précieux points pour la coupe du monde avec Carolina 31 (Colman) et boucle un tour sans faute mais en 50''62.

« J'étais parti pour jouer la victoire mais j'ai rapidement raté un virage alors une fois que la victoire n'était plus accessible j'ai préféré rester concentré sur les points coupe du monde car la finale à Paris est un véritable objectif pour moi. » réagira le Qatari.

Dominique Hendrickx ne doit pas se tracasser de la coupe du monde, il peut jouer la victoire sans aucune arrière-pensée. Il attaque avec Collina Pijnvenhof Z (Colman) qui utilise à bon escient son immense foulée alors que son cavalier n'hésite pas à la solliciter pour quelques virages très serrés … le tout avec un double sans faute : 46''82, nouveau leader !
Mais ce n'est pas gagné pour autant car c'est désormais Nadja Steiner qui fait son entrée en piste avec Saura de Fondcombe (Balou du Rouet). La suissesse connait bien Tétouan où elle a déjà collectionné les classements dans ce Grand Prix mais cette fois, elle attaque très fort. Les courbes sont magnifiques et l'alezane se joue du parcours avec une aisance déconcertante : 44''29, les meilleurs sont en tête tout simplement !
Ils restent néanmoins encore deux couples à s'élancer et si Max Thirouin avait dans un premier temps suggéré qu'il ne tenterait pas le tout pour le tout… une fois en piste, la soif de victoire gagne le français.
Il boucle un début de tour somptueux mais il en veut plus et attaque encore, c'est un peu trop pour Utopie Villelongue (Mylord Carthago) qui ne peut pas éviter la faute sur l'avant dernière obstacle. Grosse déception car le temps était très rapide avec 4 petits centièmes de plus que les leaders !
Bassem Mohammed sait ce qu'il lui reste à faire mais ça en est trop pour Argelihd Squid (Salito) qui passe complètement à côté de son barrage !
Cette fois, Nadja Steiner remporte l'étape de coupe du monde de Tétouan trois ans après avoir remporté celle de Rabat ! « Le week-end ne s'était pas vraiment bien passé jusqu'ici … mais je dois dire que cela doit faire 7 ou 8 fois que je viens ici à Tétouan et à chaque fois, cela se passe comme ça. Je ne fais jamais vraiment de résultats puis finalement, j'obtiens un bon résultat dans le Grand Prix. Jusqu'à présent, je n'avais jamais réussi à le gagner. J'avais déjà été deuxième, troisième, cinquième … mais c'est une première victoire qui fait plaisir.
Partir en début d'épreuve ne me dérange pas. Cela me permet de me concentrer sur mon parcours, je n'ai pas spécialement besoin de regarder les autres d'autant que ma jument est un petit peu particulière car elle a une action un peu moins grande que les autres. Après, il y a toujours la question du chronomètre mais ça ne me dérange pas.
Jusqu'à présent, elle n'a jamais été une jument rapide … ou en tout cas, je n'avais encore jamais réussi à aller vite avec elle. Elle a fait une saison extraordinaire en sautant tous les plus gros concours au monde alors je suis très heureuse que l'on ait réussi à s'imposer au chronomètre. Je pense que cette année, Saura a vraiment passé un cap et elle le confirme ici. L'an dernier, elle n'était pas encore prête pour faire tout ce qu'elle a fait cette année.
Venir ici pour Saura avec la qualité de la jument et après avoir connu les championnats d'Europe et Aix-la-Chapelle, c'était peut-être un peu plus facile et avec moins de pression. C'était d'ailleurs le but de l'emmener ici. Je me suis dit qu'après la saison qu'elle avait connue, cela lui ferait du bien de venir sur une tournée de concours trois étoiles que ça allait être bon pour son moral de voir des parcours un peu moins difficiles … et je n'avais pas non plus envie de la laisser à la maison trois semaines alors que je n'ai pas de cavalier maison.
Je préférais l'avoir avec moi et finalement, c'est bon pour son moral … et c'est aussi bon pour le mien car ce sont un peu mes vacances ici et je suis contente de l'avoir avec moi. J'ai toujours beaucoup cru en Saura car quand on est dessus, on a un sentiment extraordinaire.
Beaucoup de gens n'ont pas cru en ses moyens mais elle a un cœur fantastique. Je suis contente qu'elle prouve qu'elle a tout maintenant. Dès la première année, nous avons été bien accueillies, l'ambiance est vraiment très familiale Cela progresse d'année en année et c'est toujours un plaisir de revenir.»
Deuxième, Dominique Hendrickx pouvait savourer son résultat : « Les chevaux ont vraiment bien sauté durant tout le week-end mais il y a toujours eu une faute. Néanmoins, ces dernières semaines Collina est montée en puissance et aura été très régulière. Elle a toujours bien sauté. J'ai été très content de son championnat de Belgique même si nous y avons collectionné les quatre points aussi. J'ai reçu Bacardi et Colina quasiment en même temps ce qui a été une bonne chose pour moi car cela m'aura permis qu'un puisse toujours se reposer sur l'autre.
Au départ, j'ai à chaque fois choisi Bacardi les Hauts pour le Grand Prix car la jument a tellement une grande foulée que même si le contrôle était bon, lorsque je me retrouvais avec une distance un peu courte cela ne passait jamais. Il a fallu du temps à la jument pour qu'elle s'adapte à la hauteur mais après huit mois de travail, elle est là ! Au barrage, j'ai juste voulu protéger un peu le double de nouveau à cause de son action. Elle fait un gros saut sur le un et du coup, je me retrouve avec toutes des distances un peu courtes. Mon ami Jérôme (ndlr : Guery) m'avait dit de me méfier sur le double car pour lui, c'était le seul endroit où je devais me méfier alors je n'ai pas tenté le diable. Avec cette jument, je vois souvent des lignes où je pourrais enlever une foulée. Je pouvais faire en six foulées la première ligne entre le un et le deux mais alors le tournant suivant m'aurait mis dans la difficulté … donc je pense qu'être deuxième était beaucoup plus sage que de ne rien avoir.
Beaucoup de gens pensent que l'on vient faire des résultats au Maroc en pensant que c'est moins haut mais on a bien vu aujourd'hui que ce n'était pas le cas, le Grand Prix n'est pas donné ici. Cela fait vraiment plaisir car après quatre jours de concours où les chevaux ont bien sauté mais sans résultat alors qu'on est quand même là pour se montrer alors ce beau résultat motive d'autant plus pour les deux semaines à venir et tenter de faire encore mieux. »


Retour en haut de page