Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
08/08/2017
Don Juan de Hus a tiré sa révérence beaucoup trop tôt.



C'était le grand espoir du haras de Hus, le grand espoir de Jessica Michel-Botton d'arriver au plus haut niveau et malheureusement, à 9 ans, l'étalon KWPN Don Juan de Hus est mort quelque jours à peine après que son fils issu de sa première génération ne remporte le titre de champion du monde des 5 ans.
Sa cavalière n'a pas hésité à lui rendre hommage à sa manière sur les réseaux sociaux.

« Le pire ne nous aura donc pas été épargné »
Aujourd’hui, c’est tout à fait meurtrie que je vous écris… Je n’ai à ce jour jamais été aussi mal de ma vie. M’en remettre ne sera pas possible, je devrais vivre avec cela.
Tous les soirs, vous pourrez comme moi désormais admirer un ange galoper dans le ciel, ce galop qui nous a tous tant fait rêver!

Don Juan de Hus est parti pour toujours hier matin, en moins de 12h de temps, alors qu’il allait très bien jusqu’à là. Nous avons tout de suite tout mis en oeuvre à partir des 1er signes d’inconfort et a été transporté immédiatement en clinique mais n’avons rien pu faire. Il a été emporté tout d’un coup, en quelques heures, sans que n’ayons eu le temps d'imaginer cette issue. Nous devons attendre les résultats d’autopsie pour comprendre mais aussi réaliser et surtout accepter. Les vétérinaires l’ayant accompagné suspectent une maladie rare foudroyante.

Don Juan avait toujours eu une santé de fer, il n’avait jamais eu de boiterie et c’était un battant. Même si son accès au GP avait été repoussé pour des problèmes de seimes aux postérieurs ces derniers mois dus à son extrême puissance des postérieurs, les seimes étaient résolues et il avait définitivement repris le travail depuis 1 mois et demi. Fin juillet, nous avions fait un check up complet au CIRALE avec le professeur Denoix qui confirmait qu’il pouvait reprendre la compétition. Nous avions donc prévu son début en GP pour début 2018, il aurait eu 10 ans. Il n’avait aucune impasse sur le niveau GP et ses points forts étaient le piaffer, le passage, les appuyers et les pirouettes au galop. C’était bien sur un cheval pour gagner une médaille aux Jeux Olympiques mais pas que… Il était spécial! Spécial par ses allures, son charisme mais aussi par sa gentillesse et surtout par sa volonté de toujours bien faire pour moi! Nous étions amis. Je n’oublierais jamais la 1ère fois où je l’ai vu. Il avait 2 ans et à ce jour c’est le seul cheval à m’avoir donné des frissons à l’âge de 2 ans en liberté. Je garderais, et vous aussi je pense, l’image de Don Juan de Hus comme un seigneur! Je ne le remercierais jamais assez comme il le mérite! Typhaine (sa groom), M Marie, le haras de Hus, Hans Heinrich Meyer zu Strohen, Ariane, l'équipe professionnelle extérieure qui l'encadrait et moi même ne l’oublierons jamais et resterons en admiration devant ce cheval si unique et si spécial! En mémoire de Don Juan de Hus, allumez une bougie ce soir, prenez la en photo et publiez la photo sur votre mur et en commentaire de ce texte svp. Merci pour lui!

Une partie de moi est détruite et est partie avec lui...

DON JUAN DE HUS je t’aime pour toujours…
« Souvent les êtres exceptionnels ont une vie courte comme si ils devaient tout faire vite sachant que leur temps est compté »

Son propriétaire, Xavier Marie a lui aussi envoyé un communiqué quelques heures plus tard :
"24 heures après qu'un de ces fils ait gagné le championnat du monde des 5 ans, Don Juan s'est éteint brutalement lundi à 9h.
Il a été hospitalisé dans la nuit de dimanche à lundi à la suite d'un symptôme de colique.
La rare et implacable maladie de l'herbe a été diagnostiquée, elle devra être confirmée par l'autopsie dont nous publierons les résultats d'ici quelques jours.

Le sentiment général est celui de la profonde injustice d'un destin implacable.
Don Juan était notre fierté et notre ambition, c'est tout notre monde qui s'écroule et les équipes du haras sont accablées. Rarement un cheval n'a à ce point fasciné et impressionné ceux qui l'ont côtoyé.

Le monde du dressage perd un grand athlète qui après un long arrêt du a des seimes aux postérieurs reprenait doucement le travail avec la ferme certitude de marquer l'histoire du sport équestre.

L'élevage européen perd un seigneur, un étalon unique dont les produits ont trusté les meilleures places et les tops prices.

Les dieux du cheval sont aujourd'hui en deuil et moi je pleure ...

Xavier Marie

Retour en haut de page