Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
10/06/2017
Sergio Alvarez Moya, star sur la croisette.



Troisième et ultime soirée sur la croisette pour les meilleurs cavaliers au monde. Une apogée sportive ponctuée du sacre de la team Valkenswaard United dans la Global Champions League Prix Leclerc et de la victoire de Sergio Alvarez Moya et Arrayan dans le prestigieux Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes – Île Maurice à 300 000€ !

18h30, tribunes combles, l’épreuve Global Champions League (GCL) Prix Leclerc, se jouant au chronomètre sur 15 efforts à 1m55/1m60, voyait d’abord s’élancer les individuels venus chercher un ticket d’entrée pour le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes – Île Maurice à la suite. 8 points, 16 points, 16 points, les premiers couples engagés ne semblent pas trouver les clés du parcours et laissent des barres au sol. Il faudra attendre le 4ème de la start-list pour observer le sans-faute. Le Colombien Carlos Enrique Lopez Lizarazo, redoublant de vigilance sur sa baie Cuplandra, réalise ainsi un parcours parfait et très rapide en 65’’54 et restera imbattu. La pression monte chez les suivants puisque seuls les 25 premiers se verront qualifier pour le Grand Prix. Avec cet enjeu, beaucoup se laisseront piéger, notamment sur le double n°5 (oxer-vertical), dont le premier plan très carré aura véritablement servi de juge de paix. Huit uniquement, dont le tricolore Patrice Delaveau et son tonique Aquila, trouveront la solution idéale avant de laisser place au 2nd round de la GCL qui départageait les 15 meilleures équipes sur les 18 du circuit. Devant un public effervescent, entraîné par la musique, ils étaient 30 concurrents à tenter le tout pour le tout : maintenir le classement de leur Team, voire l’améliorer, mais aussi ouvrir la porte de l’épreuve suivante.

En tête après le 1er round de jeudi soir, l’écurie St Tropez Pirates aura fait les frais de ce parcours technique et serré. Le « clear round » du Français Simon Delestre en selle sur Hermes Ryan n’aura malheureusement pas suffi puisque son coéquipier belge Jérôme Guéry, sortant de piste à 12 points, les releguera à la 5ème place de cette étape. Une contre-performance dont profitaient les Valkenswaard United, qui avec avec les sans-faute d’Alberto Zorzi/MHS Going Global (ITA) et Marcus Ehning/Pret A tout (GER), prenaient la tête ici à Cannes.

Ils sont talonnés par les Shanghai Swans (Alexandra Thornton/HHS Figero (GBR) et Roger-Yves Bost/Pégase du Murier (FRA)) puis les Hamburg Diamonds (Jos Verlooy/Caracas (BEL) et Audrey Coulter/Capital Cornaldo (USA)).

Avec 123 points au cumul après 6 échéances, les Valkenswaard United passent donc devant les Hamburg Diamonds (119 points) et les St Tropez Pirates (103 points).

Sur les 55 au total, ils seront finalement 20 dont les tricolores Simon Delestre et Roger-Yves Bost à se qualifier pour le Grand Prix grâce à un score vierge. Les cinq places restantes auront permis de repêcher les parcours à 1 ou 2 points de temps dépassés, mais aussi et surtout les 4 points les plus rapides : Daniel Deusser (GER), Philippe Rozier (FRA) et Nayel Nassar (EGY). Déconvenue en revanche pour le lauréat 2016 du LGCT, l’Anglais Scott Brash, qui ne pourra défendre son titre à cause des quatre barres d’Hello Forever.

La nuit tombée sur le stade des Hespérides introduisait le début du Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes – Île Maurice, dessiné par le chef de piste Uliano Vezzani qui promettait « un parcours respectueux des chevaux, réfléchi et nécessitant la concentration maximale des cavaliers » mais avouant tout de même qu’ « à la seconde où le premier couple entre en piste, je deviens un spectateur comme un autre ».

13 obstacles dont un triple aux couleurs de Longines et un double ‘palmiers’ attendaient les 24 partants, puisque Carlos Enrique Lopez Lizarazo, normalement dernier à s’élancer, décidait de ne pas imposer un tour supplémentaire à sa jument de tête. Des fautes diverses voire inattendues privaient certains des tous meilleurs de la bataille finale, à l’instar de Jos Verlooy (BEL), Ben Maher (GBR), Patrice Delaveau (FRA) et Marcus Ehning (GER) en 8 points, ou encore Denis Lynch éliminé pour une erreur de parcours, rare à ce niveau. Ce sont finalement 10 barragistes qui devaient se départager au chronomètre sur un tracé nécessitant des virages serrés et une longue dernière galopade devant des tribunes pleines. Daniel Deusser donnait le tempo en 37’’63 et envoutait davantage le public, la barre du dernier tremblant encore au passage des cellules. Mais Sergio Alvarez Moya ne laissait aucune place au doute avec son temps incroyable de 35’’76, que Simon Delestre tentait d’atteindre, en vain, finissant en 36’’70. Un podium de vrais champions, tous avec le sourire aux lèvres en sortie de piste : « Je n’aurais pu réaliser un meilleur barrage » déclarait l’Espagnol ravi de son crack qu’il monte depuis un an et quelques mois, tandis que Simon ne pouvait « espérer une meilleure performance de Hermes Ryan, avec ce premier beau classement depuis sa blessure aux Jeux Olympiques de Rio l’été dernier ». Une note positive qui se concluait par la révélation du nouveau classement LGCT, dont le leader est aujourd’hui le Néerlandais Harrie Smolders.

Plus tôt dans la journée, les concurrents du CSI 1* qui courraient leurs grands prix hier, disposaient encore de trois tests de vitesse pour clôturer en beauté leur séjour azuréen. Au programme : le Prix Bordsol à 1m30, le Prix Ausica Nature of Crins à 1m15 et le Prix Croisette Beach Hôtel à 1m40… Dans ce dernier, c’est l’Anglaise Tess Carmichael/Atlantis PP Z (GBR), déjà 4ème du Grand Prix hier, qui s’impose en 64’’89. Elle est suivie de l’Italien Giorgio Sacco/Expensive Quality (65’’94) et de Guillaume Canet/Babeche (66’’66), à qui la 36ème édition du Jumping de Cannes aura définitivement souri. Tous les résultats du CSI 1* en cliquant ici.

« Une année anniversaire formidable, avec 250 chevaux et la crème des cavaliers accueillis dans un lieu unique pour un grand moment de sport et d’émotion ! » conclura François Bourey, organisateur de la manifestation depuis maintenant 35 ans. Le chef d’orchestre annonce d’ores et déjà un double rendez-vous l’année prochaine « avec le jumelage de l’International Show Jumping of Mauritius créé il y a 20 ans et qui fera son grand retour en janvier 2018, en réunissant les 15 meilleurs du classement mondial pour une compétition ‘vacances’ à l’ombre des cocotiers ; et le jumping cannois en juin qui apportera son lot de surprise puisque de nombreux travaux auront lieu sur le Stade des Hespérides, pour une atmosphère encore plus incroyable lors de la 37ème édition ! ». A vos agendas !

Communiqué Anchor Equitation

Retour en haut de page