Home     Etalons     Juments     Reportages     Interviews     Potins     Agenda     Contact     Lien 
Recherche
06/02/2017
Aldrick Cheronnet, le second exploit français.



La magnifique victoire de Julien Epaillard dans l’étape de coupe du monde de Bordeaux avec Quatrin de la Roque (Quick Star) a quelque peu éclipsé une autre performance française, le double sans-faute et la 6ème place d’Aldrick Cheronnet sur Tanael des Bonnes (Watch Me van’t Zorgvliet x Dionpierre).

« C’est normal, les honneurs reviennent au gagnant … mais notre résultat est une performance. Nous allons voir avec Philippe Guerdat pour la suite mais je souhaite vivement continuer à pouvoir évoluer sur de beaux concours. J’ai la chance de pouvoir disposer actuellement de cinq chevaux pour les internationaux dont trois pour les cinq étoiles avec Atlantis by Wisbecq (ex de la Demi Lune ; Argentinus x Darco) qui évoluait jusqu’à présent sous la selle de Valentine Belooussoff - à qui appartient également Tanael - ainsi que Ciska van Paemel (Cicero van Paemel) pour la saison extérieure. Tanael est évidemment la locomotive de l’écurie. Des petits cavaliers comme moi sommes évidemment pénalisés avec des systèmes comme celui du Global où il faut faire partie des 15 meilleurs mondiaux … ou faire partie d’une équipe, mais nous avons en France de beaux concours de niveau quatre et cinq étoiles alors même s’il ne faut pas tirer de plans sur la comète, j’espère que nous aurons quelques belles opportunités à l’avenir. Il y a tout juste 20 ans, on m’a confié l’étalon des haras nationaux Prima d’Or avec qui j’ai eu l’opportunité de participer à deux coupes du monde puis il y a quelques années, j’ai pu compter sur Barbarossa van Paemel (Darco) qui m’a beaucoup enrichi. Il m’a appris la gestion d’un cheval et à avoir de la réflexion. Avec lui, j’ai fait des erreurs et je l’ai un peu cramé par manque d’expérience. Aujourd’hui, grâce à lui, j’ai une expérience solide et je ne vais plus courir toutes les épreuves et aller partout pour prendre des points. Je n’avais aussi que deux chevaux à cette époque alors que je peux aujourd’hui compter sur 5 chevaux.

C’est sûr que lorsqu’on regarde les origines de Tanael, on ne peut pas dire que ce soit un papier hors du commun. Son père est un fils de Heartbreaker qui a amené l'envie et la force. De l’autre côté, Donpierre est plutôt une origine improbable. C’était un cheval qui n’avait pas de gros moyens mais avait la bravoure de l’anglo-arabe. Son éleveur s’est séparé de sa mère quelques mois après son sevrage et le regrette aujourd’hui. La génétique ne veut pas toujours tout dire. Tanael a participé aux cycle à 5 et 6 ans avant d’être acheté en fin de saison et de me rejoindre pour préparer les 7 ans où il termine second du championnat de France. L’année suivante, je me suis contentée de faire des épreuves 140 et une épreuve ranking avant de monter en puissance l’année dernière où il a été classé dans le Grand Prix 4* de Valence. J’ai senti que c’était parti. Nous avons donc fait le nécessaire avec mon propriétaire pour pouvoir monter à Barcelone et La Corogne avec Bordeaux comme objectif. Philippe Guerdat est un homme d’expérience et même s’il n’a encore vu Tanael qu’à deux reprises, il saura me dire les concours où je pourrai m’engager et j’ai bien l’intention de persévérer pour évoluer vers le haut niveau. Bordeaux était une étape importante pour moi. J’ai essayé de ne pas me mettre de pression mais je savais que je devais y faire un bon résultat pour espérer avoir de belles opportunités par la suite. » réagira Aldrick Cheronnet.

Retour en haut de page